Aujourd’hui je préviens, bureau des plaintes et p’tites misères. Carrément méchante, jamais contente (après « trop chaud » et « trop humide », voici mon nouveau refrain : « trop sec ») !

Je découvre donc l’harmattan, ce vent sec et chaud qui néanmoins rafraîchit l’atmosphère : depuis un peu plus d’une semaine, le thermomètre est « tombé » à 27-28°C. Je m’en réjouis. Il fait plus doux, je ne sens plus cette touffeur permanente qui m’accablait depuis mon arrivée, mais ne croyez pas pour autant que l’air soit plus respirable et clément. Car l’harmattan, qui descend du désert, est chargé en très fines particules de poussières et de sable, qui voilent le ciel et l’atmosphère, et s’insinuent partout, dans les maisons comme dans les poumons, et c’est un peu comme une insidieuse sensation de passer l’harmagauche, en fait (quand on voit la poussière dans les maisons et qu’on l’imagine dans ses poumons, on comprend d’ailleurs).


(photo d’après Wikipédia)

Depuis une semaine comme par hasard, j’ai attrapé une angine et un rhume. J’avais mis ça sur le compte de la ventilation ; mais « c’est l’harmattan », me dit-on, et en effet, majoritaires  sont les collègues et les élèves à présenter des symptômes tels que toux, nez bouché, yeux secs, gorge douloureuse … J’ai mal quand j’avale, cela s’aggrave au cours de la journée pour finir par être difficilement tolérable le soir malgré les pastilles Dr*ll que j’engloutis. Heureusement le « Fébril*x » neutralise un peu mon rhume, mais quand je reste debout, je finis par avoir des nausées à force de parler et d’avaler de l’air, quand je me couche sur le dos, le contenu de mes sinus me tombe dans la gorge, sur le ventre mes narines se bouchent… Le matin je me réveille dès 6h pour me moucher, tousser et cracher pendant trois quarts d’heure comme une fumeuse invétérée (moi qui n’ai même pas fumé l’équivalent d’une seule clope en entier dans ma vie), ma trachée est tellement irritée  et crispée que ma voix s’effiloche et  j’ai toujours cette sensation qui ne passe guère de glu dans la gorge…  Bref, tout ça n’est pas grave,  c’est simplement inconfortable et usant. Je fais comme tout un chacun, j’essaie de prendre mon mal en patience (en bougonnant un peu), on en a pour deux mois environ. Mais je dis quand même à plus d’un titre : vivement les vacances !

***EDIT du 14: après consultation, c’est une angine doublée d’une laryngite… petit traitement et 48h d’arrêt pour essayer de retrouver une voix correcte pour la réunion parents-profs de vendredi, qui s’annonce chargée.***

Publicités