S’il y a bien une chose dont j’ai négligé de vous parler depuis un an,  ce sont les plats béninois.  C’est que je ne les préparais pas à la maison, et que je sors rarement au maquis (restaurant) avec mon appareil photo… Mais je suis désormais en mesure de vous dévoiler le secret de l’igname bouillie.

Version bouillie, l’igname se prépare comme la pomme de terre, sauf qu’elle a la peau plus dure. L’éplucher n’est pas une mince affaire, c’est même assez physique (en tout cas pour moi et mes petits doigts) car oui, l’igname a décidément la peau dure. « Eplucher igname là, c’est pas petit boucan ! » Donc je délègue avec joie.


Une fois fois découpée en tronçons tranches, il faut bien la rincer et la couvrir d’eau avec d’égales (petites) quantités de sucre et de sel, et la mettre à bouillir à feu vif, en surveillant jusqu’à pouvoir y enfoncer une fourchette à coeur sans effort (au moins 25 à 30 minutes sont nécessaires).

Servir avec la sauce de votre choix, de préférence faite par la mère main d’un bon cuisinier. Ici, avec poisson braisé et friture de tomate. Hmmmmiam !

La prochaine fois, je vous parlerai de l’igname pilée. Eyi zaandè !

Publicités