Maxime Simon se cache au fin fond d’une minuscule boutique sise au bout d’un petit bas-fond de Vodje (un quartier de Cotonou), mais Maxime Simon est un grand homme.
Car Maxime Simon a réparé mon D60 qui, depuis 15 jours, d’un coup d’un seul, s’était bloqué lors d’une prise de vue et refusait de prendre la moindre photo en m’affichant sur l’écran de contrôle : « Erreur. Appuyez de nouveau sur le déclencheur ». Sueurs froides et grosse contrariété.
Car appuyer sur le déclencheur ne produisait strictement aucun changement au problème. Quant au manuel de l’utilisateur, pour bien finir de me rassurer, il me proposait comme solution: « Appuyez à nouveau sur le déclencheur. » (hinhinhin… bon, je sais que je suis blonde, mais je ne suis Nikrétinn Nikon) « Si le problème persiste, contactez un représentant Nikon agréé. » Tu m’en diras tant… à Cotonou… et pour un appareil qui n’est plus sous garantie…
Argh. J’ai bien trouvé un tuto DDTS (Démerde-Toi Toute Seule) sur le net, un peu risqué selon moi, mais j’étais prête à essayer… seulement, la dernière vis à ôter a presque fait céder mon tournevis refusé de céder à mon tournevis. Désespoir, enfer et damnation. Quoi ! Plus d’appareil ? plus de photos ???

Heureusement, par relation de relation interposée (grâce au réseau de mon maxi’m’homamoikejaime), j’ai donc fini par me rendre, samedi, en ce lieu improbable où jamais de ma vie je n’aurais osé imaginer porter mon réflex à réparer. Mais la compétence du gars au téléphone, qui au seul énoncé du message d’erreur avait été capable de reconnaître le modèle de mon appareil, m’avait quelque peu rassurée, sinon tranquillisée.
Mon jouet préféré a donc passé le week end chez Maxime Simon, qui m’avait promis que je pourrais le récupérer lundi matin à 11h. J’ai mal dormi dans la nuit de dimanche à lundi, cauchemardant des pannes toutes plus pénibles les unes que les autres. Comme j’étais « trop précise » (eh oui ! ma ponctualité proverbiale, que dis-je, légendaire, me perdra – mégalol !), je suis arrivée alors qu’il fallait attendre « encore au moins 30 minutes », et je ne vous dis pas le petit pincement au coeur qui m’a saisie lorsque j’ai vu l’intérieur du D60 déboîté entre les mains (certes expertes, mais quand même ça fait drôle) de l’homme de l’art.

En tout cas, sa mission impossible a bel et bien été remplie, car depuis que je l’ai repris en main remboîté comme il faut, tout fonctionne comme au premier jour. Ouf ! Verdict : c’était une bobine HS qui avait bloqué le miroir en position haute. Oui, c’est technique, mais on est précis ou on ne l’est pas. Et moi quand c’est précis, j’apprécie.

Alors je dis: bravo et merci Maxime Simon ! (son contact si par hasard ça vous intéresse ;-) est 00229 97.87.82.98)

Eyi zaandè !

Publicités