Archives des articles tagués Ganvié

Mercredi 5 et jeudi 6 août avec Louna, nous nous sommes jointes à une partie du petit périple familial organisé par notre amie Kèmi, avec ses fils et ses parents.

Le mercredi, sous un ciel un peu couvert, une nouvelle balade en pirogue, au départ d’Adjarra (après Porto-Novo), sur la Rivière Noire dont les eaux pourtant limpides reflètent cette couleur en raison des débris végétaux  en décomposition dans son lit qui sinue entre des forêts de palmiers raphia (j’en avais déjà parlé ici  en… avril 2012 ^^). Nous avons admiré les ingénieux pièges à hameçon  posés le soir par les pêcheurs qui n’ont plus qu’à venir les relever le lendemain matin. Ce dispositif, outre l’avantage de ne pas nécessiter la présence du pêcheur, permet surtout de ne pas piéger un esprit-poisson (qui sera assez futé pour éviter le piège), contrairement à la pêche au filet qui n’est donc pas utilisée ici. La Rivière Noire est en effet un lieu de culte toujours vivant.

Un petit tour à terre dans Avrankou, ses palmeraies, le travail de ses habitants, les tombes qui jouxtent les maisons et sur lesquelles les enfants n’ont pas peur de jouer, la distillation artisanale du sodabi…









Retour à Adjarra et arrêt chez une famille d’artisans spécialiste de la fabrication des percussions pour une démonstration en accéléré de la fabrication complète d’un djembé (peut-être détaillée dans un prochain billet) et un sympathique atelier de tambourinage collectif à la fin, suivi d’une démonstration joyeuse de danse par les enfants de la maison. Puis dégustation de viande de cochon grillé chez Houssou, établissement à la réputation bien établi dans tout le sud du Bénin.


Enfin départ pour Ganvié depuis Porto-Novo (en passant par les Aguégués, voir des photos ici), trois heures de barque pour traverser la lagune puis les 20 kilomètres de large du lac Nokoué en barque à moteur, avec vagues et embruns qui ont enchanté les enfants, et arrivée en fin d’après-midi pour admirer le soleil couchant et la vie lacustre animée au cœur du village (30 000 habitants quand même !), depuis la terrasse de « chez M », et dîner de poisson braisé tout frais. La nuit blotties sur pilotis, la matinée du jeudi à flâner à la terrasse de l’auberge et en barque dans Ganvié et jusqu’à Sô-Ava, puis nous avons rejoint Cotonou par Calavi (trente minutes de navigation). Nous sommes rentrées ravies en nous promettant d’emmener une prochaine fois les gars en balade sur la journée à  Ganvié.








(Les photos illustrant ce billet ont toutes été prises avec mon téléphone qui n’est pas des plus performant…)

Eyi zaandè !

Samedi dernier, Abi m’avait proposé de l’accompagner dans un tour en avion privé au-dessus de Cotonou. Je vous laisse deviner si j’ai hésité longtemps avant d’accepter !
En plus, le temps était clair et le vol parfait car nous avons eu la chance et l’honneur d’être pilotées par l’Attaché de Défense près l’ambassade de France, le colonel Deuwel, grâce à qui nous avons passé une grosse demi-heure à nous réjouir comme des gamines des paysages découverts depuis le ciel (lorsque je décolle et atterris avec Air France, c’est toujours dans la nuit noire, et la découverte de ce paysage était donc une grande première pour moi).
Cliquez sur les images pour les afficher en plus grand.

Nous avons décollé face à la mer et avons longé le quartier de Fidjrossè et un  bout de la route des pêches au-dessus de l’eau…
DSC_0058.2rdm
DSC_0061.2rdm
…avant de prendre vers l’intérieur des terres. Nous avons croisé la route de Ouidah…
DSC_0067.2rdm
…puis avons piqué vers le village lacustre de Ganvié, au bord du lac Nokoué, où les pêcheurs ont une bien poétique façon d’entourlouper les poissons :
DSC_0070.2rdm
DSC_0072.2rdm
DSC_0076.2rdm
DSC_0077.2rdm
DSC_0079.2rdm
DSC_0080.2rdm
DSC_0082.2rdm
DSC_0088.2rdm
En retournant vers Cotonou nous avons eu un aperçu de l’immensité du lac :
DSC_0091.2rdm
Puis nous avons retrouvé la ville. La place sainte-Cécile à Aïdjèdo (au fond, près du pont, l’emplacement du fameux et gigantesque marché de Dantokpa) :
DSC_0094.2rdm
La place de l’Etoile Rouge, héritage de la Révolution (pour aller dans la direction de chez moi, il faut prendre l’avenue qui passe devant le grand immeuble à droite) :
DSC_0100.2rdm
J’espère que la balade vous a plu et rafraîchi l’esprit autant qu’à moi.
Eyi zaandè !