Archives des articles tagués Pendjari

Ça y est, on l’a fait, notre petit voyage en famille à la Pendjari !
Contrairement à ce que j’avais initialement prévu il y a 7 ans, je n’étais jamais retournée dans ce magnifique parc (la vie est facétieuse), alors en cette année de double 5ème anniversaire, hop ! d’un trait de bus (interminable et épique: plus de 12h quand même ! pour environ 600km, avec le détour par Parakou, et malgré la brièveté des 3 ou 4 stations et 3 pauses-pipi n’ayant guère excédé 35 à 40 minutes maxi au total pour tout le trajet) nous nous sommes rendus d’abord jusqu’à Natitingou, où notre guide, Marcel, est venu nous chercher pour nous déposer à l’hôtel histoire de récupérer, avant de reprendre la route le lendemain vers 8h30 (bien tassées… nous ne sommes pas des champions du décollage rapide) vers l’entrée du parc à Batia, via Tanguiéta où nous nous sommes arrêtés pour quelques emplettes (eau et goûters pour 2 jours). Nous sommes donc entrés classiquement un peu avant midi, comme le font, je crois, beaucoup des touristes qui viennent pour 24h.


Après avoir pris une première photo devant une des innombrables termitières « cathédrale » (pour rappel Roméo mesure 1m84),

bim ! première rencontre au bout de 10 minutes à peine : un petit groupe d’éléphants (6 ou 7), que nous voyons de très près dans le lit et sur le rivage asséchés d’un cours d’eau. Nous restons plusieurs longues minutes à les regarder, fascinés. Ils restent calmes quoique sur la… défensive (haha).



En fin de journée nous aurons l’occasion de constater de visu de quoi sont capables ces charmantes bêtes quand Marcel nous montrera les dégâts occasionnés sur le tronc d’un baobab


ainsi que quelques arbres carrément couchés au sol après leur passage…

La photo ci-dessus est prise depuis le toit du 4×4, aménagé de façon à pouvoir y siéger pour avoir une meilleure vision panoramique. En fin d’après-midi vers 17h c’était vraiment très agréable, beaucoup plus qu’en plein soleil de 13h où je me suis repliée à l’intérieur très vite. Louna a adoré et a été très à l’aise, Solal un peu moins (sauf quand il était esquiché entre son père et moi^^).


C’est grâce à ce dispositif que nous apercevrons deux lions au large de la piste, se faufilant parmi les herbes hautes de la savane jusqu’à l’abri de basses branches d’où ils ne daigneront plus bouger malgré notre attente. Pas très spectaculaire, mais nous pouvons quand même dire que nous en avons vu en vrai et en liberté ! D’autres touristes et notre guide ont  entendu feuler à proximité de notre hébergement durant la nuit (vers 1h30/2h du matin), mais pour notre part nous étions trop lourdement endormis. Le lendemain matin, nous nous lèverons très tôt en espérant les recroiser et les surprendre, mais en vain.

En attendant nous allons croiser tout au long de l’après-midi un grand nombre d’antilopes, notamment les cobes de Buffon, espèce très présente sur le parc, et très gracieuse, qu’il s’agisse des femelles ou des mâles…




mais aussi des guibs harnachés,


des hippotragues (antilope-cheval), très grands et trappus,

ou encore des bubales majors, à la tête allongée caractéristique, et auxquels Roméo a trouvé l’air triste…

Ce qui est frappant également, c’est la richesse et la diversité de l’avifaune, des espèces les plus courantes aux plus rares. Voici quelques specimens :
oies de Gambie


ombrettes

bucorves d’Abyssinie (la femelle a la gorge bleue et le mâle, rouge)


aigle bateleur

héron cendré

perdrix

amarante du Sénégal (tellement petite que même en zoomant à fond je n’ai pas pu m’approcher assez)

et plein d’autres que je n’ai soit pas pu prendre en photo, comme les perruches à collier d’un vert magnifique, les non moins superbes rolliers aux plumes bleutées, un marabout, des pintades, des tourterelles, des aigrettes, des vanneaux éperonnés (ces deux dernières espèces peuvent apparaître de loin sur des plans larges de mares), soit pas identifiés…

Nous avons encore aperçu plusieurs espèces de singes : patas (ou singe rouge, très fin, léger et rapide),


babouins,


vervets…

Nous avons aussi fait, lors de ces 24h, quelques arrêts appréciés – entre autres parce qu’ils nous permettaient de nous dégourdir un peu les jambes – près des mares Bali et sacrée, où évidemment les animaux sont assez nombreux à tout moment. Les belvédères permettent de les observer à l’aise et en sécurité. Et c’est toujours étonnant de voir se côtoyer les cobes et les crocodiles sans que les seconds n’attaquent les premiers…







Dame tortue semble prendre le dos de l’hippopo pour un gros rocher… ^^


Attention car ces lourdes bêtes sont, nous informe Marcel, les plus dangereuses du parc : l’homme est leur ennemi juré, et bien qu’il ne puisse guère s’éloigner longtemps du bord, si un hippopotame se met à vous courir après ou à vous charger dans l’eau, votre compte est bon.


Il ne me reste plus qu’à compléter cette revue avec les buffles, et vous aurez un aperçu assez complet de nos pérégrinations pendjariennes.

Un petit bonus pour la route : Loulou s’est mise à la chasse photographique comme maman ! ;)

Eyi zaandè !

Chose promise, chose due. Voici un petit échantillon des animaux vus lors de mon  tour à la Pendjari pendant les vacances de février : crocodiles, hippopotames, phacochères, antilopes, babouins, buffles…  A bord de la voiture, l’oeil et le cou tendus pour guetter les animaux à gauche, à droite, et dégainant fébrilement l’appareil pour fixer sur le capteur ce que je prenais dans les mirettes, j’ai eu comme l’impression d’avoir passé 24h dans un documentaire, excitée comme une petite fille !… Mettons donc les cadrages approximatifs et les photos un peu floues sur le compte de l’émotion. ;-)

Où sont les trois crocos ? Cache-cache…
En solo ou en famille…
Un bébé qui a perdu sa maman, poussant des petits cris à fendre le coeur:
Une bande  d’antilopes à l’horizon sous un arbre chargé de nids de tisserins:
Biches, antilopes, cobs de Buffon…  je ne suis pas spécialiste. De jolies bêtes en tout cas.

A peine deux mètres devant la voiture:
Et plus loin, cinq ou six mètres derrière la voiture…


Je ne sais plus (pas?) le nom de ce singe:


Et, pour finir en beauté, encore une petite série…



Et LA preuve que j’ai vu un lion, LE lion ! (à gauche au premier plan,  j’ai choisi de laisser un bout de la tête de mon collègue, sorti de la voiture pour prendre de meilleures photos… je n’en menais pas large… heureusement que le roi de la savane, à une quarantaine de mètres environ -le téléobjectif tasse la perspective-, venait tout juste de se réveiller sous nos yeux… il a souverainement tourné les talons et est parti voir ailleurs si nous y étions) :

Il s’agit bien d’un lion et non d’une lionne, ici au Bénin les lions n’ont pas de crinière flamboyante, nous a dit un guide.

Comme pour les masques précédemment, aucune prétention artistique, et beaucoup d’imperfections techniques, je ne suis pas une grande photographe animalière, mais juste de bons souvenirs et le plaisir de partager ce que j’ai vu.

J’espère que ça vous aura plu, en tout cas l’an prochain, j’y retourne.  Eyi zaandè !

Paysage de la Pendjari

Parc de la Pendjari, 24 février, tôt le matin.